• Home page > To be noted > Press > Communique de presse (mars 2007)
  • Communique de presse (mars 2007)

    Ghaouti HANSALI



    Mars 2007

    L’instrument MUSE (Multi Unit Spectroscopic Explorer) vient d’être sélectionné par l’ESO (European Southern Observatory) pour équiper le VLT (Very Large Telescope) au Chili. Piloté par le Centre de Recherche Astronomique de Lyon (CRAL, UMR CNRS, Ecole Normale Supérieure de Lyon, Université Claude Bernard-Lyon I) MUSE, un spectrographe intégral de champ, est l’un des quatre instruments de 2ème génération choisis par l’ESO pour le VLT. Cette sélection fait suite à un appel d’offre concurrentiel lancé par l’ESO en juin 2001. Après une série d’études préliminaires et une revue du projet, l’ESO vient de donner son accord à la poursuite du projet.

    MUSE est un projet européen piloté par un laboratoire français, le Centre de Recherche Astronomique de Lyon (CRAL). Outre le CRAL, le consortium comporte les laboratoires suivants : l’Université d’Oxford (Astrophysics department, Oxford, Angleterre), l’Observatoire de Leiden (Sterrewacht Leiden, Pays-Bas), l’Observatoire de Toulouse (LAOMP, France), l’Observatoire de Potsdam (AIP, Allemagne), l’Université de Zurich (ETH, Suisse) et l’ESO.

    MUSE est un spectrographe intégral de champ (ou 3D) de nouvelle génération, opérant dans le domaine visible du spectre électromagnétique. Grâce à sa capacité sans précédent pour observer l’Univers en volume et en profondeur, MUSE devrait révolutionner l’étude de la formation et de l’évolution des galaxies. Les champs 3D profonds de MUSE, complémentés par le JWST (le successeur du télescope spatial Hubble en cours de réalisation par la NASA et l’ESA) et ALMA (l’interféromètre millimétrique géant en cours de construction au Chili par l’Europe et les USA), nous offriront un point de vue complet de l’Univers jeune. L’impact de ces observations devrait être comparable à celui apporté par les champs profonds du télescope spatial Hubble qui nous ont révélé en 1996 et pour la première fois la morphologie des galaxies les plus lointaines. Par rapport à ces observations, MUSE permettra d’observer des galaxies dix à cent fois plus faibles, un élément essentiel pour comprendre comment les premières briques de matière se sont assemblées pour former les galaxies telles que nous les connaissons aujourd’hui. L’impact de MUSE ne se limitera pas à la cosmologie car cet instrument offrira également des performances uniques pour l’étude des galaxies proches, des amas d’étoiles de notre galaxie, des étoiles jeunes et des petits corps du système solaire.

    MUSE, avec ses 370 millions d’éléments résolus par pose, est le premier et le seul instrument à pouvoir explorer en aveugle un grand volume d’Univers. Parce qu’il ouvre de nouveaux champs d’investigation pour l’astronomie optique, MUSE a un très fort potentiel de découverte. D’autre part, avec son mode à haute résolution spatiale, il est également un outil exceptionnel pour étudier en grand détail les phénomènes physiques complexes qui sont en œuvre dans la plupart des objets astronomiques.

    GIF - 56.9 kb
    Représentation de l’instrument MUSE au foyer du VLT. Les 24 modules optiques constituant l’instrument permettent d’obtenir un cube de données de 370 millions de pixels par pose

    Constellation de 24 modules, étudiés et réalisés dans un contexte industriel, optimisé pour les très longs temps de pose, assisté par une optique adaptative et 4 étoiles laser, MUSE est un instrument ambitieux. Il fait appel à nombre d’innovations technologiques telles que les découpeurs de champs, les réseaux holographiques à volume de phase et à large domaine de longueur d’onde, les spectrographes à bas coût et l’optique adaptative multi-conjuguée.

    Le coût de MUSE (non consolidé et hors moyens d’accompagnements) est estimé à 9.3 M€, non compris l’optique adaptative (environ 5 M€). MUSE devrait être en opération au Chili à partir de la fin 2011 jusqu’en 2020 environ, date possible pour le remplacement du VLT par un télescope géant de 50m ou plus.

    MUSE est non seulement unique et sans concurrence au niveau mondial, mais sa réalisation placera la communauté française dans une position stratégique pour s’impliquer dans la prochaine génération de télescope post VLT. En effet MUSE, par ses aspects modulaires impliquant la réalisation en petite série d’éléments optiques sophistiqués et par la réalisation et l’utilisation d’optique adaptative de nouvelle génération couplée à des étoiles lasers, est un précurseur de ce que pourrait être la prochaine génération d’instruments pour ces futurs télescopes géants.